Se fixer des limites raisonnables

Dans la vie il est difficile de reconnaître que l’on a atteint les limites raisonnables. On souhaite toujours avoir plus de choses, faire plus d’activités, avoir plus d’argent, plus de reconnaissance etc…Il faut essayer de ne pas tomber dans le piège sans fin du matérialisme à outrance, car des frustrations inutiles peuvent en découler.
Nous allons voir dans ce dernier chapitre quelques aspects du « j’en veux toujours plus » pour essayer d’atteindre un certain équilibre dans nos vies sans tomber dans la frustration permanente et stérile. Le bonheur total et permanent n’existe pas et il faut vivre en acceptant ce fait. Rester simple, modeste et actif contribue à l’entretien d’un bon équilibre de vie. Il faut juste comprendre que le monde tourne très bien sans nous.

 

Soyez à l’écoute de vos proches

L’amour n’a pas besoin de se restreindre à une riche et dense relation physique telle que nous l’envisageons parfois. Il est bon aussi de considérer les relations routinières que nous avons avec nos proches, nos connaissances, nos collègues etc… dans un esprit de soutien collectif et individuel, d’empathie et de communication créative. Entretenir ce type de relations est très important car elles permettent d’interagir et de connaître les gens qui nous entourent, tout en nous situant dans la société.

Alors, êtes-vous suffisamment à l’écoute de vos proches ? Vous préoccupez-vous vraiment de leurs problèmes et de leurs désirs ? Leur dites-vous qu’ils sont importants à vos yeux ? N’hésitez pas à communiquer car cela résout les problèmes; souvent cela permet même de les prévenir et de les éviter.

 

Le temps qui passe

Abordons maintenant quelque chose de radicalement différent : le temps qui passe. Nous sommes tous plus ou moins préoccupés par le temps qui passe trop vite : on n’a jamais le temps de faire tout ce que l’on souhaite. Les journées, les semaines sont trop courtes…Pourquoi cette sensation désagréable ? Principalement car on se focalise trop sur ce que l’on ne fait pas et pas assez sur ce que l’on fait. Si au lieu de se morfondre sur ce que nous réserve demain, sur l’incertitude du futur, sur la noirceur de notre avenir, on se focalisait sur le présent et l’action créative, on y gagnerait beaucoup.

 

Un peu de pratique

Essayez cet exercice :

  • Dès que vous sentez vos pensées se focaliser sur ce que vous réserve l’avenir, reprenez-vous immédiatement et passez à l’action sans réfléchir.
  • Regardez ce que vous avez à faire maintenant, prenez la décision de le faire maintenant et n’arrêtez pas tant que ce n’est pas fini.
  • Captez ce que vous donne le temps présent au lieu de vous inquiéter de l’avenir ou vous souvenir du passé.
  • Seul le présent compte car il détermine l’avenir. Si vous voyez la date limite de paiement de vos impôts qui arrive, ne dites pas « mon dieu il faut que je pense à payer mes impôts sinon je vais avoir à payer davantage et ce sera la catastrophe ». A la place : prenez votre carnet de chèque, remplissez-le et envoyez le immédiatement à voter centre de paiement. Si vous êtes étudiant, et si vous voyez la date d’examen qui arrive dangereusement, ne dites pas « ça va être la catastrophe, je n’ai pas assez travaillé et je vais échouer ». A la place, agissez : prenez immédiatement un papier et un crayon, faites un plan de révision, et commencer à réviser. Je le répète : seule l’action créative permanente compte.
  • Concentrez-vous sur le présent qui passe et rentabilisez-le pour mener à bien vos projets, réaliser vos passions, passer du temps avec vos proche etc…N’ayez jamais à dire : « ah si j’étais plus jeune je ferais ceci ou cela… ». A la place : faite-le !