Inspiré des travaux d’Émile Coué

PENSÉES ET PRÉCEPTES de l’autosuggestion (largement inspirés des travaux d’Émile Coué)
Lisez jusqu’au bout et méditez sur ce que vous aurez lu. Encore une fois, tout ça parait très simple et beaucoup se poseront la question de savoir si ça marche et surtout comment ça marche.
Une fois de plus, je vous répondrai : « Qu’est-ce que vous risquez ? Arrêtez de vous poser des questions et faites-le! ». C’est simple mais ça marche vraiment, pourquoi les choses auraient-elles besoin d’être compliquées pour fonctionner ?

Partons d’un postulat :

« IL VAUT MIEUX NE PAS SAVOIR D’OÙ VIENT LE MAL ET LE FAIRE PASSER QUE DE LE SAVOIR ET DE LE CONSERVER. » Quand je vous parle de mal, j’entends aussi bien les maux physiques que psychiques.

Simplifiez toujours sans jamais compliquer. Les stoïciens s’appuyaient sur l’imagination en ne disant pas : « Je ne veux pas souffrir » mais : « Je ne souffre pas ».

Nous le verrons dans quelques temps en étudiant la gestion du temps, on ne peut avoir qu’une idée à la fois dans l’esprit; les idées s’y succèdent sans se superposer mais les pensées négatives ont toujours tendance à supplanter les positives. Lorsque des pensées négatives vous envahissent, vous devez les réorienter sur des idées positives. Vous pouvez par exemple répéter de nouveau : « Tous les jours, à tous points de vue, je vais de mieux en mieux » ou vous imaginer dans un lieu qui vous plait…

Émile Coué disait qu’il n’imposait rien à personne, il aidait simplement les gens à faire ce qu’ils désiraient faire, mais qu’ils se croyaient incapables de faire. Ce n’était pas une lutte, mais une association qui existait entre eux et lui. Ce n’était pas lui qui agissait, mais une force qui existe en eux et dont il leur apprenait à se servir.

Ne vous inquiétez pas de la cause du mal, constatez simplement l’effet et faites-le disparaître. Peu à peu votre inconscient fera disparaître aussi la cause si c’est possible.

  • Les mots « je voudrais bien » amènent toujours « mais je ne peux pas ».
  • Quand vous souffrez, ne dites jamais : « Je vais essayer de faire disparaître cela » mais, dites plutôt : « Je vais faire disparaître cela », car lorsqu’il y a doute, il n’y a pas de résultat.
  • La clef de la méthode réside dans la connaissance de la supériorité de l’imagination sur la volonté.
  • Lorsqu’elles vont dans le même sens, si l’on se dit : « Je veux et je peux », vous n’aurez pas de problèmes mais s’il y a le moindre doute, ce sera toujours l’imagination qui l’emportera sur la volonté.
  • Apprenez à cultiver votre caractère.
  • Apprenez à dire les choses promptement, clairement, simplement et avec une détermination calme.
  • Parlez peu mais clairement.
  • Ne dites que ce qui est nécessaire.

 

Émile Coué, un précurseur

L’autosuggestion se pratique dans la détente et le lâcher prise, par exemple au cours d’une séance de décontraction et de respiration en position assise ou allongée. Pour ne pas avoir à faire l’effort de compter le nombre répétition (20), Émile Coué conseillait d’utiliser une corde à 20 nœuds (un peu comme un chapelet…)
La répétition des phrases (autosuggestion) peut se faire également en faisant autre chose qui occupe le conscient : Se doucher, faire du jogging, conduire, repasser, marcher…
Parlez à haute voix

Autosuggestion générale

Pour une autosuggestion générale répéter plusieurs fois de suite (10 fois de suite et 3 fois par jours selon Émile Coué) :
« Tous les jours et à tous points de vue, je vais de mieux en mieux. » C’est la fameuse formule qui l’a fait connaitre et aussi incroyable que cela puisse paraître, cette simple suggestion fonctionne à merveille.

Autosuggestions plus spécifiques

– « Je suis de plus en plus … »
– « Ma … s’améliore de jours en jours »
– « C’est facile et je peux … »

Bien entendu, remplacez les trois petits points par l’état que vous voulez atteindre. La répétition se fait à voix haute pour que « l’ordre » passe aussi bien par l’oreille interne que par l’oreille externe.
Utilisez une voix monotone et peu portée comme une litanie.

Apprenez à construire votre autosuggestion :
Pour aller plus loin, il est intéressant de savoir construire sa propre suggestion, ce qui vous permettra de l’adapter à votre contexte ou à vos besoins particuliers. Cette construction peut faire partie intégrante de la détermination de votre objectif.
Cet exercice est TRÈS important car nous reviendrons très souvent dessus dans toutes les méthodes de visualisation positive. Alors, prenez soin de bien en comprendre le mécanisme.

  1. Commencez par « Je », en effet votre autosuggestion ne concerne que vous, comme dans la détermination d’objectif, il est très difficile d’agir à la place d’une autre personne
  2. Utilisez le présent ou le futur proche (verbe aller au présent + verbe d’action à l’infinitif). Par exemple, « Je vais être sûr de moi lors de mon examen »
  3. Formulez la décision, demande ou objectif positivement : sans « ne….pas… », rappelez-vous que votre cerveau réagit très mal en présence de tout ce qui est négatif.
  4. Formulez votre autosuggestion avec le plus de précision possible en répondant dans la mesure du possible aux questions suivantes :

– Avec qui ?
– Quoi ?
– Où ?
– Quand ?
– Comment ?

Exemple pour un insomniaque : « Je vais dormir cette nuit dans mon lit, profondément, d’une traite et jusqu’à 7h00 du matin. »
Et non pas « Je ne vais plus faire d’insomnie »…. Dans le premier cas, votre cerveau retiendra « dormir » et dans le deuxième cas, il retiendra « insomnie ».
Je pense que ça se passe d’explications.

Pratiquez régulièrement

  • N’attendez pas d’avoir un besoin impératif, pratiquez au quotidien l’autosuggestion et tout au long de votre vie.
  • L’autosuggestion vous aidera à être positif dans votre vie quotidienne
  • Pratiquez l’autosuggestion tout au long de la journée afin d’établir un nouveau schéma de pensée positive. Ne vous découragez pas, ne perdez pas de vue que vous avez utilisé un modèle de pensée négative pendant de nombreuses années et que cela prendra un peu de temps pour surmonter ce handicap.
  • L’autosuggestion positive peut être utilisé pour différents aspects de votre vie, elle peut vous aider à surmonter les situations difficiles, acquérir plus de confiance en vous-même, vous aider à arrêter les habitudes négatives, récupérer plus rapidement d’une maladie ou apporter des changements à votre vie en général.

Voici quelques phrases un peu plus complexes qui vous permettront d’évoluer rapidement vers l’état que vous désirez :

  • J’ai un défi intéressant face à moi, utilisez ce type de phrase lorsqu’un problème survient dans votre vie ou que vous faites face à quelques difficultés. Plutôt que de regarder la situation d’une manière négative, l’aborder comme un défi est une façon beaucoup plus positive de traiter un problème.
  • J’aime la personne que je suis, ce type de phrase vous permettra de renforcer la confiance que vous avez en vous et de gagner le respect de vous-même et de la personne que vous êtes, des déclarations similaires pourraient être « Je suis le meilleur », Je suis une personne extraordinaire » ou « J’ai beaucoup de qualités ».
  • Je sais que je peux le faire, une phrase à utiliser quand vous êtes confronté à un groupe de travail qui renforce votre sensation de doute en vous-même. De la même façon, on pourrait dire : « J’ai la possibilité de conquérir ce… » ou « Ce n’est pas un problème pour moi ».
  •  Je suis plein de vitalité, d’énergie et de santé, utilisez ce type de phrase pour renforcer votre santé, après que vous ayez été malade ou pendant une convalescence.
  •  Les autres me respectent, phrase à utiliser pour encourager les pensées positives générales sur vous-même et sur le monde dans lequel vous vivez.