Une citation d’Épictète pour commencer

« Ce ne sont pas les choses qui te nuisent, mais la représentation que tu en fabriques »

Votre façon de vous exprimer, votre façon de penser, votre façon de voir le monde, de voir les autres et de vous voir vous-même sont découlent directement de vos perceptions et de vos croyances. Certaines croyances viennent de loin, de votre enfance à travers l’éducation de vos parents, de l’école… d’autres proviennent de votre identification à des personnes marquantes de votre entourage ou issues de fictions telles que des livres, le cinéma, la télévision, l’art, le sport … puis le temps passe et vous vérifiez vos croyances, vous les renforcez ou, au contraire, vous les modifiez au fil de votre expérience. Certaines peuvent disparaître et d’autres peuvent apparaître tout au long de votre vie et de vos expériences.

Ce n’est pas non plus un processus isolé, on l’observe de la même manière au niveau. Je vous donne d’ailleurs ci-dessous un exemple de croyance qui a laissé l’humanité dans l’erreur pendant dix-huit siècles. Au fil de l’histoire, elles évoluent, tant et si bien que certaines d’entre elles font parfois partie intégrante de la société.

On pourra faire la distinction entre les croyances « rationnelles » qui peuvent vous aider et les croyances « irrationnelles » qui vont plutôt vous freiner, on les appelle d’ailleurs « limitantes ». L’inconvénient des croyances « limitantes » est considérable, ce sont elles qui vont vous inciter à résister au changement ou qui vont vous empêcher d’atteindre un objectif.

 

COMMENÇONS PAR UN EXEMPLE

Prenons deux personnages célèbres qui ont travaillé sur le même projet, j’ai cité Aristote et Galilée.
Commençons par présenter nos deux personnages, honneur au plus ancien :

  • Aristote, philosophe grec et célèbre disciple du non moins célèbre Platon. Héros du IVe siècle avant Jésus-Christ, sa capacité gigantesque de raisonnement en impose à tous; il enfonce la logique dans le crâne de ses élèves pour des générations à venir. Il prétend que la métaphysique sert de fondement à la physique, qui tend naturellement vers sa perfection.

Prenons, maintenant, notre second personnage, non moins célèbre :

  • Galilée (1564-1642), mathématicien réputé, philosophe et physicien, il a découvert à dix-neuf ans les lois du mouvement pendulaire, en se basant sur l’observation d’un lustre qui oscillait dans la cathédrale de Pise. N’oublions pas que ce même Galilée a complètement transformé la vision de l’univers de son époque, ce qui au passage, aurait bien pu lui coûter la vie s’il n’avait pas accepté de reconnaître la supériorité de la science « religieuse » de l’époque. Retenons une de ses phrases célèbres prononcée à la sortie de son procès et faisant allusion à notre planète « et pourtant, elle tourne », ce qui a d’ailleurs été le titre d’un blog que j’ai animé pendant plus de 3 ans.

Revenons donc à nos deux compétiteurs, d’une part Aristote, cerveau exceptionnel expert de la logique ; d’autre part, Galilée, cerveau non moins exceptionnel mais qui privilégie l’expérimentation scientifique plutôt que de se contenter de la simple logique.

 

VÉRIFIER UNE THÉORIE SUR LA CHUTE DES CORPS

L’enjeu : trouver la bonne théorie de la chute des objets.

Aristote prétend que si on laisse tomber simultanément deux objets, l’un deux fois plus lourd que l’autre, l’objet deux fois plus lourd tombera nécessairement deux fois plus vite que l’autre. Est-ce exact? Faites l’expérience et tirez votre propre conclusion. Grimpez sur une chaise avec, dans votre main droite, un petit objet, et, dans votre main gauche, quelque chose d’au moins deux fois plus lourd, puis laissez tomber les objets simultanément.

Alors ? Est-ce que l’objet deux fois plus lourd est arrivé au sol deux fois plus vite, comme le célèbre Aristote l’a enseigné ? Non ! Les deux objets touchent le sol simultanément.

Galilée a prouvé l’erreur de raisonnement d’Aristote par une vraie expérience, en grimpant au sommet de la tour de Pise avec des boulets de canon (non, non, c’est pas pour ça qu’elle est penchée) et à la grande surprise du monde scientifique, tous les boulets touchèrent le sol en même temps !

 

1800 ANS DANS L’ERREUR

Plus de 1 800 ans de croyance erronée parce que personne n’avait tenté l’expérience, l 800 ans d’enseignement répandant une erreur parce qu’on s’était fié à un raisonnement plutôt qu’à une expérience !
Méfiez-vous de vos croyances, vérifiez toujours le bien-fondé des éléments dans lesquels vous croyez. Encore plus de nos jours à l’époque des fake-news, où n’importe qui peut raconter n’importe quoi. Allez faire un tour sur votre réseau social favori, vous comprendrez rapidement de quoi je veux parler.

Dans mon prochain article, nous aborderons quelques solutions à mettre en œuvre pour passer outre à ces « filtres » involontaires.