Mentalité de champion : L’intrépidité

 

Définition de l’intrépidité : Qui est ferme dans sa conduite (dans l’action, le comportement), qui n’est pas découragé par les difficultés, les obstacles; que rien ne rebute.

 

Pourquoi être intrépide (ou vaillant) est important

Une personne ayant ce trait de caractère est, la plupart du temps, perçue comme une personne courageuse. Il est évident que suivant le type psychologique du spectateur, cette perception peut changer. Ce type de personne ne montre jamais d’anxiété ou de frustration face aux challenges quotidiens de la vie.
Etre sans peur est une chose, mais prenez garde à ce que ce ne soit pas un trait de caractère trop marqué car, je suppose que vous ne souhaitez pas le voir devenir incontrôlable. Le risque principal étant que les personnes trop intrépides peuvent mener les autres au-devant de situations dangereuses ou inconsidérées.
Pour avoir du succès dans la vie, vous devez faire preuve d’une certaine témérité. Vous devez être confiant dans vos décisions et dans vos capacités. Prenez garde également à ne pas laisser les autres vous dissuader de vos actions. Une personne vaillante aura confiance dans ses propres convictions et sera motivée à poursuivre ses actions jusqu’à l’atteinte de ses objectifs. Son but ultime étant que tout se concrétise.

L’intrépidité n’empêche pas la peur (elle peut même être salutaire par moments). Ce qui fera la différence avec les autres est la façon dont elles gèrent ce trait de personnalité. Ce qui les rend différentes est leur propension à ne pas afficher leurs craintes. Elles préfèrent utiliser leurs peurs à leur avantage en en faisant des alliées et en ne leur permettant pas de devenir des contraintes. Elles travaillent à trouver des moyens de contourner l’obstacle pour continuer et enfin arriver à leurs fins.
Le Mahatma Gandhi décrit la vaillance dans une de ses citations :
« La vaillance est le premier prérequis vers la spiritualité. Les lâches ne peuvent jamais être moraux. »

 

Une illustration

Les présidents et leaders de différents pays savent faire preuve de beaucoup de vaillance. Roosevelt et John F. Kennedy étaient des présidents respectés qui ont démontré ce trait de personnalité. Ça peut être illustré par leur capacité à avoir confiance en leurs actions et leur courage de mener leurs buts à terme en respectant leurs convictions.
Roosevelt pensait qu’un président se devait d’être « un guide pour le peuple », il se devait également d’agir en toute circonstance pour le bien de ses concitoyens, sans aller contre la constitution. Il finit par être récompensé du prix Nobel dans son action de médiation dans la guerre russo-japonaise.
Il travaillait inlassablement selon ses convictions et ne craignait pas de suivre ses rêves.

 

Un exercice pour bien comprendre

La peur est souvent une réponse saine au danger. Depuis les premiers jours de notre existence, la peur a été vitale en nous maintenant en vie. Ceci étant, elle peut aussi freiner notre vrai potentiel. Une crainte irrationnelle ou infondée peut être un obstacle considérable qui se mettra en travers de vos efforts pour réussir à développer votre mentalité de champion.
Tout comme la persévérance, surmonter ses peurs ne peut réellement être relevé qu’en s’y attaquant de front.
Une des premières choses que je vais vous demander est de mettre noir sur blanc toutes vos craintes.
Une fois cette tâche accomplie, reprenez votre liste et trouvez une ou plusieurs raisons (au moins une) pour laquelle vous ne devriez pas avoir peur de chacune de vos craintes.
Cette exercice vous permettra de relativiser et de prendre du recul par rapport à vos craintes. N’oubliez pas, comme je vous l’ai déjà dit à plusieurs reprises, il est totalement inutile d’avoir peur de quelque chose qui ne s’est pas encore produit.

 

Un exemple simple :

Pourquoi je ne devrais pas avoir peur des orages
J’ai vécu plusieurs centaines d’orages sans conséquences négatives

La liste que vous allez établir est un bon point de départ pour toute personne qui souhaite relativiser et vaincre ses peurs.
Pour ceux qui se servent d’une application pour prendre vos notes, je vous suggère même de l’imprimer. La prochaine fois que serez confronté à une des peurs présentes dans votre liste, prenez le temps de la relire, ça vous permettra de constater rapidement que cette dernière est irrationnelle ou infondée.

Tout ça n’empêche pas que vous ne pouvez pas espérer dépasser vos peurs juste en dressant une simple liste, ce serait quand même trop facile. Vous allez devoir les combattre.
Choisissez une de vos peurs sur votre liste, commencez par la plus facile à vaincre. Maintenant, vous allez consacrer le temps nécessaire (généralement une semaine suffit largement) à vous confronter et à faire face à cette peur. Une seule suffit pour commencer, pour les petits malins qui voudraient tout faire à la fois, j’ai bien peur de vous annoncer que… ça ne fonctionnera pas.

Ce n’est pas la peine d’aller plus loin tant que vous n’aurez pas fait cet exercice.

C’est parti, choisissez une de vos craintes et trouvez un moyen de la solutionner.
Je sais que je rabâche mais prenez le temps d’écrire la peur sur laquelle vous allez travailler et notez votre plan d’action pour la surmonter. Pendant que nous y sommes, ajoutez une date. Pour la date, évitez d’utiliser des termes tels que « rapidement », « aussitôt que possible »… qui sont contre productifs. Déterminez une date réelle avant laquelle vous devrez avoir vaincu votre peur.

Je vais prendre un exemple concret, auquel je fais face assez souvent lorsque j’interviens en coaching pour des cadres.

  • Peur sur laquelle ils doivent se concentrer : Je me concentrerai sur ma peur de prendre la parole en public.
  • Plan d’Action proposé : J’écrirai et je présenterai un exposé à une personne extérieure de mon groupe de travail (ou à ma famille). Si je ne peux trouver un public, je me filmerai et je posterai mon exposé sur une plate-forme en ligne telles que Viméo ou YouTube.
  • Date : Je réaliserai cette action avant la fin de cette semaine.