Que dites-vous après avoir dit bonjour ?

Il n’est pas faux de dire que le signe de reconnaissance constitue la réponse que l’on peut donner à la question posée par Eric Berne et contenue dans le titre de son ouvrage : Que dites-vous après avoir dit bonjour ? 

Stroke toi-même. Non, il ne s’agit pas d’une insulte, c’est le nom que donnent certains chercheurs aux signes de reconnaissance, donc ne soyez pas étonné de le rencontrer dans la littérature qui parle de l’Analyse Transactionnelle. Les strokes, ce sont ces stimulations qui nous sont nécessaires pour nous sentir exister. Des « calories psychologiques » qui rendent les contacts humains plus ou moins riches, négatifs ou positifs. Le pire pour un être humain étant naturellement d’en être totalement privé.

L’homme est un animal social. A quelques exceptions près, il lui faut son quota (qui peut varier d’un individu à l’autre) de « signes de reconnaissance » dans la journée pour être épanoui.

  • Un baiser passionne peut en donner pour très longtemps
  • Un sermon au travail vous en donnera également, mais ce ne sont pas les mêmes !

L’individu recherche un maximum de signes de reconnaissance positifs, qui lui donnent une impression agréable. Mais le besoin de signes de reconnaissance est tellement important pour l’homme, qu’en l’absence de signes de reconnaissance positifs, il ira même chercher des signes de reconnaissance négatifs, qui génèrent pourtant des sentiments qui sont loin d’être agréable. Tant pis si ça fait mal, il vaut mieux recevoir des signes de reconnaissance négatifs que pas de signes de reconnaissance du tout.

Pendant l’enfance, tant que vous ne saviez pas encore utiliser le jugement rationnel et que vous n’aviez que votre jugement de valeur pour guider vos actions et vos comportements, les signes de reconnaissance que vous avez reçus ont conditionné votre comportement affectif. Au fur et à mesure de votre développement, vous aurez donc tendance à rechercher inconsciemment les mêmes types de signes de reconnaissance que vous avez reçu pendant votre enfance.

 

Les différents types de signes de reconnaissance

On peut classer les différentes stimulations selon deux critères :

La conditionnalité, elles peuvent être inconditionnelles ou conditionnelles :

  • Les stimulations inconditionnelles sont données à la personne pour ce qu’elle est : « Je t’aime. »
  • Les stimulations conditionnelles sont données à la personne pour ce qu’elle fait : « J’aime ta façon de présenter tes formations. »

La polarité, elles peuvent être positives ou négatives :

  • Lorsqu’elles sont négatives, ça revient à vous donner des coups de pied ou à vous dévaloriser : « T’es un bon à rien. »
  • Lorsqu’elles sont positives, ça équivaut à recevoir une caresse ou à vous valoriser : « T’es un génie. »

 

Une réalité complexe

Nous allons classer les signes de reconnaissance en six catégories, ce sera plus simple mais gardez bien présent à l’esprit que la réalité est plus complexe.

Le signe de reconnaissance inconditionnel positif (+++) qui présente une forte intensité et qui possède une qualité positive.

  • J’aime beaucoup travailler avec toi
  • Je sais que je peux partir en voyage tranquillement car j’ai confiance en toi pour t’occuper de ce qui pourrait se passer

Le signe de reconnaissance conditionnel positif (++) qui présente une intensité moyenne et une qualité positive.

  • J’apprécie ton travail
  • Tes résultats sont excellents ce mois-ci

Le signe de reconnaissance ritualisé (+) qui présente une faible intensité et qui garde une qualité positive.

  • Salut, comment tu vas ce matin ?
  • T’as vu le débat à la télé hier soir, c’était bien qu’est-ce que t’en penses ?

Le signe de reconnaissance maladroit (-) qui présente une faible intensité accompagné d’une qualité négative.

  • Je t’aime bien mais j’aime tout le monde d’ailleurs
  • Bonjour. Alors que vous aviez salué cette personne quelques minutes auparavant

Le signe de reconnaissance conditionnel négatif (–) qui présente une intensité moyenne avec une qualité négative.

  • Tes résultats ne sont pas du tout comme ceux que j’attendais
  • Ça fait déjà trois fois que t’arrives en retard cette semaine

Le signe de reconnaissance inconditionnel négatif (—) qui présente une forte intensité accompagné d’une qualité négative.

  • T’es un looser
  • T’arriveras jamais à rien, t’es trop nul

 

Chacun a besoin d’être stimulé

On peut considérer que l’objectif principal de l’être humain, une fois qu’il a décidé de ce qu’il va faire de son temps, est de savoir comment il va pouvoir communiquer et surtout obtenir des signes de reconnaissance dans ses multiples échanges avec les autres. Chacun d’entre nous a besoin d’être stimulé et de recevoir des marques d’attention pour se développer harmonieusement.

Ainsi, les signes de reconnaissance constituent une véritable monnaie d’échange psychologique que possèdent les êtres humains pour vivre et pour assurer leurs échanges affectifs entre eux. Ils serviront à prouver que l’individu existe en tant que personne, que l’on croit en lui et en ses possibilités d’évolution. Les analystes transactionnels ont coutume d’en distinguer plusieurs types.

Lorsque quelqu’un ne peut plus recevoir de signes de reconnaissance, il va dépérir par manque d’affection ou par carence affective. C’est tellement vrai que lorsqu’un individu ne peut pas se procurer de signes positifs, il fera tout pour en recevoir des négatifs. Je vous donne quelques citations sur le sujet :

  • Il vaut mieux boire de l’eau polluée que pas d’eau du tout
  • Plutôt des coups de pied que rien du tout, ou le pire : de l’indifférence