Ils interagissent en fonction des situations

Hier, dans mon précédent article, nous avons vu qu’il existe trois grands états du Moi que nous pouvons qualifier de générique. Vos différents états du Moi interagissent les uns avec les autres, en fonction de vos besoins, en fonction des situations auxquelles vous êtes confrontés. L’un ou l’autre de vos états va assurer votre conduite. Notez bien qu’il est impossible que deux ou plusieurs états agissent simultanément, par contre, il n’est pas exclu qu’ils s’enchaînent successivement lors de la résolution d’une même situation.

Pour ceux qui connaissent les concepts freudiens, il est important de noter que les états du Moi sont différents du concept de Moi, de Surmoi et de Ça de Freud. Le Moi est différent de l’Adulte, le Ça est différent de l’Enfant et le Surmoi est différent du Parent. Les principales différences proviennent du fait qu’en Analyse Transactionnelle on étudie plus le « comment » que le « pourquoi ». Il en va de même avec le « ici et maintenant » face à « l’ailleurs et l’autrefois » ou à l’inconscient.

 

Le moi Parent, conventionnellement représenté par un (P)

Cet état du moi n’a rien à voir avec le système d’ascendance et de descendance, il caractérise l’état du Moi qui prend les commandes quand vous dupliquez un comportement issu de celui de vos parents ou des personnes qui ont été importantes dans votre éducation. Ce qui implique que même si vous n’avez jamais eu d’enfant, vous êtes est doté d’un moi Parent. Et ce, quel que soit âge même au plus jeune âge, un enfant peut imiter ses parents et adopter certaines de leurs attitudes, dans ce cas, ce sera le moi Parent de l’enfant qui prend le dessus.

En Analyse Transactionnelle, on considère que le moi Parent est le garant des normes, des valeurs parentales traditionnelles, des règles sociales établies, des lois en vigueur. C’est ce moi Parent qui va déterminer les valeurs morales, différencier ce qui est bien de ce qui est mal, les comportements autorisés et ceux qui sont interdits. C’est dans ce moi Parent que l’on retrouve l’apprentissage de la politesse, des bonnes manières, du savoir-vivre et, plus généralement toutes les règles qui dictent votre comportement dans la vie quotidienne.

On peut dire que le moi Parent est plein d’assurance, de certitudes, d’opinions, il établit les règles et les interdits. C’est à lui que vous faites appel en cas de danger ou dans la vie de tous les jours avec tout ce qu’elle contient de routinier, de banal et de conventionnel. C’est ce qui fait que lorsqu’il s’exprime ce sera généralement sur le mode affirmatif et déclaratif ou encore de manière autoritaire et vindicative.

 

Quelques situations de la vie de tous les jours

  • À titre d’exemple, prenons les cas suivants :
  • La mère à sa fille : « Enlève-moi ce maquillage, t’as l’air d’une traînée »
  • Le père à son fils : « Un grand garçon, ça ne pleure pas »
  • Le directeur à son adjoint : « Les employés doivent savoir qui commande, vous devez être plus ferme »
  • La femme à son mari : « Dépêche-toi, on va encore être en retard »

En règle générale, le sens de la transaction du moi Parent va du plus âgé vers le plus jeune mais il arrive qu’il puisse aller dans le sens inverse, quelques exemples :

  • L’adjoint à son directeur : « Comment faites-vous pour admettre des retards pareils ? »
  • Le fils à son père : « Papa, mets tes lunettes pour pas t’esquinter les yeux »
  • La fille à son mère : « Maman, il faut mettre moins de parfum »

 

La multiplicité des Parents

Mais s’il n’existait qu’un seul parent, ce serait trop simple. Comme dans la vie, nous allons trouver deux grands types de Parents. D’un côté, on trouve le Parent fait des reproches, mais on trouve également le Parent qui aide et qui conseille. Nous arrivons donc à une différence importante avec deux moi Parent :

  • Le moi Parent critique que vous trouverez également appelé autoritaire ou normatif.
  • Le moi Parent nourricier.

 

Deux sous-états du moi Parent

  • Le Parent critique également appelé Parent autoritaire critique, juge, évalue, conserve, contrôle, interdit, montre du doigt, accuse et ordonne (de ne pas faire). On peut le qualifier de « méchant » Parent, celui qui est sévère et injuste. C’est également lui qui limite les attitudes outrancières, il veille à la sécurité des autres et il est le garant du respect des lois. Le danger est qu’il provoque une attitude de contre-dépendance de ceux qui vivent avec lui.
  • Le Parent nourricier vient en aide, console, autorise ou interdit les comportements. Il énonce ce qui est bien et ce qui est juste, il vous soutient et compatit aux malheurs de ses Enfants. Le Parent nourricier supporte vos problèmes et vous aide dans leur résolution. Par opposition au Parent critique, c’est le « gentil » Parent. Le danger est qu’il finit par étouffer ses Enfants en étant très possessif et démagogue, ce qui induira une attitude de dépendance chez ceux qui dépendent de lui.