L’art de bien communiquer

Avant d’aller plus loin, nous allons prendre un peu de temps pour analyser les bases de cette activité qui nous parait simple voire innée. A la fin de cet article, j’espère que vous aurez compris que pour « bien communiquer » il y aura plusieurs facteurs à prendre en compte.
Je sais que la théorie peut paraitre rébarbative mais un minimum s’impose si vous voulez vraiment comprendre et progresser dans cette voie. Je vais donc vous fournir la définition des termes fréquemment employés dans cette activité.

 

Définition

Le langage de la communication : Définition de l’acte de communication
Pour faire simple, l’acte de communication est un moment au cours duquel un individu que l’on appellera « émetteur » exprime un fait, un concept, un sentiment en message qu’il va adresser par le moyen (canal) qui lui semble le plus approprié, à un autre individu que l’on nommera « récepteur ». Ceci dans l’intention qu’il puisse prendre connaissance du fait, du concept,…

Attention : Dans cette définition, il n’y a pas nécessairement un message en retour ni même un quelconque échange.

Nous ne parlerons d’acte de communication que si le message a été bien reçu et compris. Imaginez que le message arrive sous forme de lettre et que le récepteur ne la lise pas. Dans ce cas, en imaginant que la non lecture soit volontaire, l’émetteur n’exprime pas son message mais le récepteur signifie « ce que tu as à me dire ne m’intéresse pas » qui peut plus simplement se transformer en « tu ne m’intéresses pas ».

 

Le schéma de Wiener

Comment comprendre ce qui se passe ou le schéma de base de l’acte de communication. Pour imager le langage de la communication, le schéma de Wiener va nous être utile.

principe de la communication

  • Le premier point consistera à identifier les acteurs : émetteurs et récepteurs
  • Ensuite, identifiez les canaux qui seront utilisés pour faire parvenir les messages
  • Pour finir, déterminez les langages utilisés pour formaliser les messages.

 

Les termes utilisés

Le langage de la communication : Définition des termes le plus souvent utilisés.

L’émetteur

Celui qui est à l’origine du message, ça peut être un individu, un groupe d’individus (parti politique, association, entreprise…). Ça peut également être une machine (Ordinateur, modem, répondeur…) ou pourquoi pas un animal.

 

Le récepteur

Tout comme l’émetteur, il peut être varié : un individu, un groupe, une machine, un animal… C’est à lui qu’est destiné le message.

 

Le stimulus et la motivation

Émetteur et récepteur doivent être motivés et stimulés avant que ne démarre le processus de communication. Par exemple, l’ordre du jour d’une réunion, tout le monde est prêt à parler ou à écouter puisque l’on sait ce qui va se passer.

 

Le message

Comme nous venons de le voir au début de cet article, l’émetteur va transmettre au récepteur un concept, une idée, une pensée, une information…
Pour accomplir cette action, il va devoir utiliser un message.
Dans le sens large du terme, le message est le contenu général des informations.
Pour entrer dans le détail, le message est une succession d’informations, de signes qui correspondent à des règles précises qui vont aller de l’émetteur au récepteur en passant par un canal.
Le message verra sa forme varier selon la nature du système de communication et le code du message servant à la transmission.

 

Le code

Autrement dit le répertoire des signes qui vont être utilisés ainsi que les règles de combinaisons de ces signes. L’émetteur choisit le code (langage) qu’il va utiliser et constituera son message avec les éléments nécessaires à une bonne compréhension.
Le receveur se servira du répertoire et des règles de combinaison pour procéder au décodage du message.
En clair, si vous utilisez un jargon informatique anglais pour parler à votre plombier français (ne voyez surtout rien de péjoratif ici), vous avez peu de chances d’y arriver.

 

Le sens

Pour l’émetteur, il se réalise au codage et au décodage pour le récepteur.
Il tiendra compte de toutes vos références, de vos images, de vos interprétations, de votre vision du monde…
Le sens est un sujet que nous pourrions développer pendant des heures mais pour que ce soit moins « indigeste », j’y reviendrais au fur et à mesure de nos besoins.
Disons que nous n’avons pas tous la même éducation, les mêmes origines, les mêmes croyances… et que tout cela pourra créer des distorsions dans la compréhension du message.
Rappelez-vous notre exercice sur la jeune femme et la vieille femme et surtout sa conclusion qui était qu’il faut savoir faire preuve de flexibilité.

 

Le canal

Comment circulent les messages
Les techniques auxquelles l’émetteur peut avoir recours pour transmettre son message. Ne perdez pas de vue que suivant le canal utilisé, la qualité du message peut être plus ou moins détériorée, par exemple avec une mauvaise communication téléphonique.
Faisons la différence entre les canaux physiologiques internes tels que l’audition, la vision, l’odorat… et les canaux techniques externes tels que téléphone, radio, ordinateur,… qui servent à transmettre le message à travers l’espace et pourquoi pas le temps.

 

Le feed-back

Nous l’avons vu dans l’énoncé, il n’est pas obligatoire mais c’est lui qui vous renseignera sur la manière dont le message a été compris. Il montre aussi l’intérêt que l’on porte au sujet et à l’émetteur.
Il permet également d’éviter les malentendus en laissant la possibilité de reformuler le message.
Attention, ce n’est pas la réponse au message !
C’est une information secondaire (le message est l’information primaire). Plus tard, nous verrons que c’est ce que l’on nomme une métacommunication.

 

Les bruits

Tous les phénomènes qui viennent perturber le message d’origine. Ils s’expriment la plupart du temps sous forme désordonnée, aléatoire et imprévisible. Ce peut être des images, des sons, du texte, des gestes ou d’autres signes qu’ils soient verbaux ou non.

 

La redondance

Tout ce qui sera communiqué en excès par rapport à ce qui est strictement nécessaire pour la compréhension du message.
MAIS : Des études ont montré que la redondance est indispensable à la bonne compréhension d’un message. La redondance compense les pertes d’information générées par le bruit.

Pour tous ceux qui sont arrivés au bout de ce texte, je sais que la théorie est un peu pénible.
Mais, vous savez désormais que cet acte simple que tout le monde appelle communication et que tout le monde est certain de bien connaitre est en fait plus complexe qu’il n’y parait.
Pour bien communiquer, il faudra être capable d’admettre ces concepts et de les utiliser au mieux de vos intérêts.

Malgré tout, le langage de la communication reste assez simple.