Celui qui en est capable a le monde avec lui, celui qui ne l’est pas reste seul

Chaque été, je vais pêcher sur un lac du Maine. En ce qui me concerne, je raffole des fraises à la crème. Mais je sais que, pour quelque raison mystérieuse, les poissons préfèrent les asticots.
Aussi, lorsque je pêche, je ne pense pas à ce que j’aime, moi. Je Pense à ce qu’ils aiment, eux. Je n’appâte pas mon hameçon avec des fraises à la crème. Je choisis plutôt quelque beau ver, quelque sauterelle, que je balance devant le poisson.

Pourquoi ne pas employer la même tactique à l’égard des hommes?

Lloyd George, Premier ministre de Grande-Bretagne lors de la Première Guerre mondiale, savait fort bien l’utiliser. Quand on lui demandait comment il avait réussi à conserver le pouvoir, alors que tous les autres dirigeants de son époque, Wilson, Orlando, etc., étaient déjà oubliés, il répondait: Je me suis toujours efforcé d’adapter l’appât au goût du poisson.

 

Pourquoi toujours parler de ce que nous désirons?

C’est vain, puéril et absurde. Naturellement, chacun s’intéresse à ce qu’il désire. Il s’y intéressera éternellement. Mais il sera le seul à y penser. Tous les autres sont semblables à lui sous ce rapport et ne se préoccupent que de leurs propres buts et aspirations. C’est Pourquoi la seule façon d’influencer le voisin, c’est de lui parler de ce qu’il veut et de lui montrer comment il peut l’obtenir.

Rappelez-vous de ça quand vous essaierez de modifier la conduite d’une personne. Si, par exemple, vous tenez à empêcher vos enfants de fumer, ne leur faites pas de sermon, ne leur parlez pas de ce que vous voulez. Démontrez-leur plutôt que la nicotine affecte leurs nerfs, leurs réflexes et causera peut-être un échec dans le prochain match de tennis, ou dans quelque autre compétition.

C’est là un excellent principe à appliquer, que vous ayez affaire à des enfants, à des adultes, ou à des veaux. Un jour, le philosophe Ralph Waldo Emerson et son fils s’efforçait de faire entrer un veau dans une étable. Mais, commettant l’erreur commune, ils ne pensaient qu’à ce qu’ils désiraient. Et l’un tirait, tandis que l’autre poussait. Malheureusement, tout comme eux, le veau ne se préoccupait que de ce qu’il voulait, il s’arc-boutait sur ses pattes et refusait de quitter son pâturage… La servante irlandaise vit la situation. Elle pensa simplement à ce qui tenterait l’animal. C’est Pourquoi elle glissa dans sa gueule un doigt maternel qu’il se mit à sucer, et elle le conduisit doucement dans l’étable.

 

La satisfaction d’accomplir une action généreuse

Chacune des actions que vous avez accomplies depuis le jour de votre naissance a été motivée par le fait que vous désiriez quelque chose. Oui, c’est vrai… il vous est arrivé de donner une somme importante à une œuvre de charité. Voilà un geste totalement désintéressé, direz-vous. Et pourtant, il ne fait pas exception à la règle ci-dessus. Vous avez fait ce don pour avoir la satisfaction d’être charitable, d’accomplir une action généreuse, belle et noble…

Si vous n’aviez pas désiré cette satisfaction plus que la possession de cette somme vous n’auriez pas fait ce don.

Il est possible que vous ayez versé la somme parce que vous aviez honte de refuser… ou parce que c’était un ami, un client, qui vous avait sollicité. Quoi qu’il en soit, une chose est certaine: vous avez donné parce que vous désiriez quelque chose.

 

Influencer la conduite humaine

Dans son livre remarquable, L’Art d’influencer la conduite humaine, le professeur Harry A. Overstreet déclare:

… L’action Naît de nos désirs fondamentaux…

Et le meilleur conseil qu’on puisse offrir à ceux qui désirent influencer leurs semblables, aussi bien dans les affaires, dans la politique, que dans l’enseignement ou la famille, c’est, avant tout, d’éveiller chez eux un ardent désir. Celui qui peut réaliser cela s’attache tous les concours et toutes les sympathies, il connaît le succès. Celui qui en est incapable demeure pauvre et solitaire.

Andrew Carnegie, l’humble garçon écossais qui, à ses débuts, ne gagnait que quelques cents de l’heure et qui, finalement, donna pour des œuvres la somme de 365 millions de dollars, avait, dès son jeune âge, compris que le seul moyen d’influencer un homme, c’est de s’intéresser à ce qu’il aime, à ce qu’il désire. Andrew avait fréquenté l’école pendant quatre ans seulement. Pourtant, il savait mener les hommes.
Sa belle-sœur avait deux grands fils à l’université de Yale; ils lui causaient beaucoup de soucis, car ils n’écrivent jamais, et dédaignent même de répondre aux lettres que leur adressait leur mère.

Carnegie paria 100 dollars qu’il obtiendrait d’eux une réponse par retour du courrier, sans même la demander. Sur quoi, il écrivit à ses neveux une lettre aimable, terminée par un post-scriptum où il mentionnait négligemment qu’il envoyait à chacun un billet de cinq dollars.
Il omit toutefois d’inclure l’argent…Le tour était joué. Par Retour du courrier, arriva une missive remerciant le « cher oncle Andrew » de sa bonté… et vous pouvez terminer vous-même.