Les étapes du jeu

Reprenons la fin de mon article de ce matin avec l’histoire d’Henry, de Françoise et de l’agenda électronique et analysons d’un peu plus près ce qu’il s’est passé et ce qui aurait pu être fait pour résoudre le problème.
Certains diront : il a raison de se mettre en colère. D’autres penseront : elle a fait ce qu’elle a pu.
En réalité, quel est le véritable problème ? C’est simple, comment faire pour que ses collaborateurs se servent de leur agenda électronique ?

Henri choisit de se mettre en colère. À chaque fois que Françoise lui propose une solution il réagit par un « oui mais ». C’est son jeu. Je vous l’avais dit dans un article précédent « oui mais » est très probablement le jeu le plus pratiqué sur cette planète, on lui a même consacré un film.
Face à cette colère, Françoise quant à elle, choisi d’être frustrée. Elle joue un autre jeu « j’essaye seulement de vous aider ».

 

Que se passe-t-il lorsqu’on « casse » le jeu

La réponse est simple, on trouve une solution !
Si Henri n’avait pas joué, la scène aurait pu être la suivante :

  • Henri : Ça ne va pas du tout. Je ne sais pas sur qui je peux compter. Personne n’utilise son agenda électronique.
  • Françoise : C’est vrai, vous pourriez aborder le problème au cours de la prochaine réunion.
  • Henri : Oui, nous démarrerons par ça.

Dans ce cas, il exprime sa colère légitime et reste centré sur la recherche de solutions. Il adhère à la proposition de Françoise puisqu’elle lui propose une solution viable.

Si Françoise n’avait pas joué, la scène aurait pu se dérouler ainsi :

  • Henri : Ça ne va pas du tout. Je ne sais pas sur qui je peux compter. Personne n’utilise son agenda électronique.
  • Françoise : Voulez-vous que je vous fasse des propositions pour améliorer le fonctionnement actuel ?
  • Henri : Je ne suis pas sûr qu’il y en ait.
  • Françoise : Si vous voulez je peux y réfléchir.
  • Henri : D’accord, nous en reparlerons lundi.

Dans ce cas, elle ne cherche pas de solution à sa place. Elle vérifie sa demande et lui propose d’y réfléchir. C’est cette nuance qui apportera une solution viable.

 

Quels ont les « rôles » de chacun

Étudions les comportements et les « positions de vie » pendant le déroulement d’un jeu.

La Victime

Elle démarre le jeu en position de « perdant ». L’état du moi sollicité est celui de l’Enfant soumis ou rebelle.
Les jeux préférés de La Victime s’intitulent :

  • Oui mais qui arrive très largement en tête
  • Pauvre de moi
  • C’est affreux
  • Pardonne-moi
  • Frappe-moi, donne-moi un coup de pied

Tous ces jeux expriment des plaintes, des souffrances, des revendications…
La Victime exagère ses handicaps personnels et se présente plus faible qu’elle ne l’est réellement, ou elle devient maladroite et agressive quand elle présente les difficultés qu’elle rencontre.
Observez-la, observez son attitude, elle garde la tête baissée, ses épaules sont rentrées. Elle ne vous fixe pas, son regard est fuyant, accompagné d’une voix peu audible ou, aiguë et criarde.

Elle se situe dans une position de vie : – – ou – +

 

Le Persécuteur

Il démarre le jeu en Parent critique, ses jeux préférés s’intitulent :

  • Cette fois je te tiens
  • Les défauts
  • Battez-vous
  • Je vous ai pourtant dit
  • Regarde ce que tu m’as fait faire

Tous ces jeux expriment des critiques ou des reproches. Ils peuvent aussi faire la morale.
Le Persécuteur infériorise ou dévalorise les autres.
Observez-le, observez son attitude, tout en lui accuse l’autre. Il a le regard direct et les sourcils froncés. Sa voix est forte et particulièrement audible.
Il se situe dans une position de vie : + –

 

Le Sauveur

Il démarre le jeu en Parent nourricier, ses jeux préférés sont :

  • J’essaie seulement de vous aider
  • Moi, à ta place
  • Raconte-moi tes malheurs
  • Qu’est-ce que tu ferais sans moi
  • Je sais ce qui est bon pour toi

Tous ces jeux montrent qu’il est toujours prêt à donner un bon conseil ou à vouloir aider les autres, particulièrement quand ça ne lui a pas été demandé.
Il finit toujours par étouffer les autres par son omnipotence.
Observez-le, observez son attitude, il est très ouvert et toujours hyper disponible. Il agit à la place de l’autre… sans toujours être compétent.
Il se situe dans une position de vie: + –

 

Comment faire pour éviter les jeux.

  • Être lucide par rapport à soi-même et par rapport aux autres
  • Bien connaître ses points faibles
  • Bien connaître ses croyances
  • Changer son comportement
  • Apprendre à lever les sous-entendus
  • Ignorer le jeu, ne pas tomber dans le piège
  • Confronter l’initiateur du jeu et dévoiler son intention cachée