Trouvez de nouvelles ressources

De nos jours, continuer mon métier de consultant et de formateur m’oblige à me remettre en permanence en question. Je dois, en effet, apprendre à me servir de nouveaux outils et à utiliser de nouvelles ressources qui étaient inimaginables il y a seulement vingt ans.
Il n’y a pratiquement plus aucun domaine de la formation qui ne soit pas concerné par l’utilisation d’un ordinateur ou d’internet.
Donc, plus je réfléchis, plus je me rends compte que mon métier évolue et que je me dois d’évoluer avec lui. Le cyberespace est un lieu tentant, plein d’avenir, plein de ressources.
C’est un véritable challenge que j’ai envie de relever pour vous proposer encore plus de solutions, que ce soit sous la forme de formations, de cours, de livres, de coaching…

La vraie question est « comment en suis-je arrivé là ? »

Pourquoi me lancer dans une nouvelle aventure alors que je pourrais me contenter de mes clients institutionnels et des grands groupes avec lesquels je travaille habituellement ?

Pourquoi prendre le risque de me lancer dans une nouvelle activité ?

La réponse est simple, c’est encore un tour de mon imagination. A force d’apprendre aux autres à se servir de la leur et à se remettre en question, j’ai fait la même chose.

Je me suis posé les questions que je pose à mes clients :

  • Quels sont mes objectifs, quel est mon travail, quelles sont mes passions ?
  • Puis-je quantifier la place de ma créativité dans mes activités ?

A partir de là, je me suis rendu compte que je ne fais plus rien de vraiment créatif. Je continue, bien sûr, de développer des formations attrayantes mais je ne sors jamais de mon train-train quotidien. J’ai besoin d’autre chose, je ne veux pas sortir de mon domaine de compétence mais je veux m’en servir différemment, en faire profiter plus de monde et d’une manière plus intéressante, plus… créative.

A ce moment de mon article «imaginer pour créer», il est bon de rappeler que
Il existe deux façons «de penser» ou «d’imaginer» la créativité.

Quelles sont donc ces deux formes d’imagination ?

L’imagination créative

Située à l’opposé de notre esprit logique l’imagination créative est la source primaire de toute nouvelle idée. Quand un scientifique élabore une nouvelle théorie, elle vient de son imagination créative. Si vous voulez une illustration, on peut dire qu’il s’agit du bloc d’argile qui va servir à faire la future sculpture.

Thomas Edison est un bon exemple d’inventeur ayant utilisé son imagination créative. Il est dit par exemple qu’il a testé plusieurs milliers de modèles de lampe électrique, et ce sans succès. Il faisait appel pour cela à son imagination synthétique, que nous allons voir après. C’est seulement lorsqu’il fit appel à son imagination créative qu’il a pu élaborer une ampoule électrique parfaitement fonctionnelle.

 

L’imagination synthétique

De quoi s’agit-il ? C’est l’imagination qui découle de votre éducation et de vos expériences passées. Vous réfléchissez pour modifier les choses, pour les voir sous un angle différent, pour réarranger quelque chose qui existe en quelque chose de différent. Mais rien de bien révolutionnaire ne découle de notre imagination synthétique.
Pensez à cela : quand vous êtes actif pour votre travail, vos passions etc…

  • Réalisez-vous vraiment quelque chose de nouveau ou bien vous appuyez-vous sur l’expérience acquise, la routine et l’habitude ?
  • Si vous écrivez un nouveau texte, est-il vraiment issu de vous ou bien de ce que vous avez déjà lu et appris ?
  • Quand vous lancez une campagne marketing, est-elle complètement nouvelle ou bien est-ce un test de ce que n’importe quel gourou vous a appris ?

La plupart des livres modernes portant sur la créativité (et il y en a beaucoup…) sont en fait centrés sur l’imagination synthétique. Il n’y a rien de mal à cela car il est quasiment indispensable de se baser sur l’expérience et l’analyse pour construire quelque chose de nouveau. Savoir ce qui marche et ce qui ne marche pas, grâce à notre expérience ou à celle d’autres personnes, est une bonne chose, c’est évident.

Partir de rien

Prenez les fonctionnalités et le design d’un site internet, celui sur lequel je travaille en ce moment (le prochain), par exemple.
Pour le design, je suis parti de… rien ou plus exactement d’un bloc d’argile (mon logiciel de création graphique) qu’il fallait entièrement sculpter. J’ai commencé par faire appel à mon imagination créative : trouver une idée originale d’agencement, de couleur et de graphismes. Puis j’ai commencé à transférer cette représentation mentale nouvelle, cette idée, en action créatrice. On est donc passé d’une imagination créative à une imagination synthétique, c’est-à-dire la suite d’opérations techniques sur mon logiciel pour construire effectivement la couverture électronique : place des images, choix des polices, des couleurs, taille, effets etc… Toute une série d’actions concrètes qui ont conduit au résultat final.
Évidemment, la navigation et le contenu du nouveau site que je vais vous offrir prochainement on subit le même processus… nettement plus complexe mais comme dit le proverbe, qui peut le plus, peut le moins.
Je dois aussi vous avouer que je ne suis pas seul à travailler sur le projet, une équipe de professionnels m’épaule.

Tout ce que l’on créé commence par une représentation mentale, une planification théorique puis par une concrétisation pratique. Tout commence par une idée (imagination créative) et se manifeste par des actions plus ou moins complexes et organisées (imagination synthétique)