Savoir répondre aux désirs des autres

N’aimeriez-vous pas connaître une phrase magique grâce à laquelle vous éviterez les querelles, dissipe- nez les rancunes, stimulera les bonnes volontés et inciterez votre auditeur à vous écouter attentivement? Oui ?… Fort bien. Cette phrase, la voici :

Je comprends très bien votre attitude, si j’étais vous j’aurais probablement la même.

Une réponse comme celle-là calmera l’interlocuteur le plus coriace. Et vous pouvez la faire en étant parfaitement sincère, car, si vous étiez à la place de l’autre, vous réagiriez exactement comme lui.
Prenez Al Capone, par exemple. Supposons que vous ayez hérité de son corps, de son tempérament, de son esprit, que vous ayez vécu dans le même entourage que lui et connu les mêmes expériences, vous auriez été précisément ce qu’il était. Car ce sont ces éléments qui ont fait ce qu’il était. Vous n’êtes pas un serpent à sonnettes, pour la seule raison que vos parents n’étaient pas des serpents à sonnettes.

Ne tirez aucune vanité d’être tel que vous êtes. Les gens qui viennent à vous irrités, bornés, discutailleurs, ne sont pas à blâmer pour ce qu’ils sont. Plaignez-les. Accordez-leur votre sympathie. Dites-vous :

  • Si Dieu l’avait voulu, je serais cette personne- là ! Les trois quarts des gens que vous rencontrerez ont cruellement soif de sympathie, de compréhension. Contentez-les et ils vous adoreront.

 

 

Savoir s’élever au-dessus du lot

Un jour, j’ai fait une conférence à la radio sur Louise May Alcott, l’auteur des Quatre Filles du docteur March. Je savais naturellement qu’elle avait vécu et composé ses œuvres à Concord, dans le Massachusetts. Mais, sans réfléchir, je parle de la visite que j’avais faite à sa maison de Concord, dans le New Hampshire ! Je fus bientôt inondé de lettres et de télégrammes d’insultes. Certains de ces messages étaient indignés, d’autres cinglants. Une dame, originaire de Concord, Massachusetts, m’accable particulièrement de ses sarcasmes. Elle n’eût pas été plus féroce si j’avais accusé Miss Alcott d’être une cannibale de la Nouvelle- Guinée. En lisant sa lettre, je me disais :

  • Dieu merci, je n’ai pas épousé une femme pareille !

J’avais hâte de lui répondre en lui disant que si j’avais, moi, fait une erreur de géographie, elle avait, elle, commis une faute bien plus grave contre la civilité.

Oui, c’était précisément par cette phrase que je voulais débuter. Je comptais aussi lui faire connaître sérieusement ma façon de penser. Or, je ne fis rien de tout cela. Je compris que n’importe quel idiot pourrait riposter ainsi et, qu’en fait, ce serait la réponse bête typique.

Je tenais à m’élever au-dessus du lot. Je résolus donc de transformer l’hostilité de ma correspondante en sympathie. C’est un défi que je me lançai à moi-même. Je me dis :

Après tout, si j’étais à sa place, j’éprouverais probablement ce qu’elle éprouve, essayons de comprendre son point de vue.

 

La satisfaction de répondre par la courtoisie

Dès que je me trouvai à Philadelphie, je lui téléphonai, et voici à peu près les propos échangés :
Bonjour madame, vous m’avez écrit, il y a quelque temps, une lettre dont je veux vous remercier.
Une Voix bien articulée et aristocratique me répondit :

  • A qui ai-je l’honneur de parler ?

Vous ne me connaissez pas. Je m’appelle Dale Carnegie. Vous avez entendu, il y a plusieurs semaines, une conférence que j’ai faite à la radio sur Louisa May Alcott, et au cours de laquelle j’ai commis l’erreur impardonnable de situer sa ville natale, Concord, dans le New Hampshire. C’était une gaffe stupide et je tiens à vous présenter des excuses. Vous avez été très aimable de prendre la peine de m’écrire.
Je regrette de vous avoir adressé une lettre pareille, Monsieur Carnegie. J’ai cédé à un mouvement de colère. Veuillez m’en excuser.

  • Non! Non! Vous n’avez pas à vous excuser. C’est moi qui suis en faute. Même un enfant de l’école primaire aurait été mieux avisé. J’ai déjà réparé mon erreur au micro, mais je tiens à vous dire personnellement combien j’en suis navré.
  • Je suis originaire de Concord, ma famille a été pendant deux siècles à la tête des affaires publiques du Massachusetts, et je suis très fière de mon pays natal. J’ai été peinée de vous entendre dire que Louisa May Alcott était née dans le New Hampshire… Mais j’avoue que j’ai vraiment honte de cette lettre.
  • Je vous assure que vos regrets ne sont rien à côté des miens. Ma faute n’a pas fait de tort au Massachusetts, mais elle m’en a fait à moi. Il est si rare de voir des personnes de votre milieu et de votre culture prendre la peine d’écrire aux orateurs de la radio, j’espère que vous m’écrirez encore si vous relevez d’autres erreurs dans mes interventions.
  • Vous savez, j’apprécie vraiment la façon dont vous avez accepté ma critique, vous êtes sûrement quelqu’un de bien. J’aurais plaisir à mieux vous connaître.

Ainsi, en reconnaissant mon erreur et en partageant son point de vue, j’avais obtenu de sa part excuses et compréhension. Je connaissais la joie de m’être dominé et la satisfaction d’avoir répondu à l’affront par la courtoisie. Enfin, j’avais trouvé infiniment plus amusant de conquérir sa sympathie que de l’envoyer se faire pendre…