Des stratégies efficaces

Dans mon précédent article, je vous disais : Lorsque le choix n’est pas une option, pour surmonter ses inhibitions, il faut prendre le taureau par les cornes et mettre en place des stratégies. Heureusement qu’il existe des méthodes assez simples à mettre en œuvre et très efficaces.
C’est ce que nous allons voir tout de suite.

 

Si vous éprouvez un blocage léger

L’une d’entre elle peut consister à aller dans des manifestations ou dans des soirées dans lesquelles vous ne connaissez presque personne et à vous entraîner à lancer des conversations sur des sujets que vous connaissez bien.
Non seulement cette expérience est très amusante, mais elle va aussi vous permettre de vous entraîner à parler à de nouvelles personnes la plupart du temps inconnues, à surmonter le stress et à ignorer complètement ce que les gens peuvent penser de vous.

Bien entendu, dans ce cas de figure, je pars du principe que vous n’éprouvez qu’un léger blocage devant le fait de devoir vous adresser à des inconnus. L’exercice est simplifié par le fait d’aller dans un lieu qui vous plait (c’est vous qui choisissez la soirée dans laquelle vous tentez l’expérience) et de choisir un sujet que vous maîtrisez.

 

Blocage plus profond

Il existe un autre cas de figure dans lequel le blocage est plus profond. Là encore, il existe un exercice simple mais plus long à mettre en œuvre car il faut généralement 21 jours pour que votre cerveau perde ses mauvaises habitudes et en adopte de nouvelles, c’est ce que vous allez commencer à faire…
Nous avons abordé ce sujet dans mes premiers articles mais si vous n’avez pas eu le temps de les lire, je vous conseille pour bien comprendre la raison de cette durée d’aller sur votre moteur de recherche préféré et de consulter les expériences qui ont été menées par la NASA sur le sujet. En particulier celle qui consistait à porter des lunettes qui inversaient la vision des expérimentateurs, et qui mesuraient le temps d’adaptation du cerveau à cette nouvelle donnée.
Quoiqu’il en soit, nous allons nous baser sur cette durée d’adaptation, vous savez d’ores et déjà que vous êtes partis pour 3 semaines. Mais ça ira déjà beaucoup mieux quand vous aurez accompli une partie du programme.
Allons-y, la première semaine, chaque jour, vous allez prendre votre courage à deux mains et adresser la parole à un individu que vous ne connaissez pas pendant au moins une minute.
Je vous donne une piste pour vous faciliter la tâche, allez dans un magasin ou une boutique assez fréquentée, mettez-vous dans la file d’attente en caisse la plus longue. Regardez le contenu du caddie d’un de vos voisins et demandez-lui conseil sur un produit qu’il a acheté, sous prétexte que vous aimeriez bien faire le même achat mais que vous ne savez pas si ça en vaut vraiment la peine.

Je vous laisse trouver vos propres stratégies d’approche, vous verrez c’est plus facile qu’il ne parait. Et, rassurez-vous, lorsque l’occasion leur en est donnée, la majorité des gens adorent parler. Surtout si c’est pour faire appel à leur expertise.
N’oubliez pas que vous devez tenir au moins une minute.
Bon, les tous premiers jours, il faudra prendre sur vous mais vous verrez que très rapidement ça deviendra de plus en plus simple.

 

La loi des 21 jours

A partir de la deuxième semaine, vous ferez cela deux fois par jour. La troisième semaine, trois fois par jour et la quatrième semaine… non, non, pas quatre fois. Trois fois sept vingt et un, ça y est, les vingt et un jours sont passés et ce qui était un calvaire au début sera devenu un jeu d’enfant pour vous. Il se pourrait même que votre cerveau vous incite à oublier comme c’est difficile auparavant.

Vous pouvez aller plus loin en utilisant le concept de thérapie cognitive et comportementale qui vise simplement à changer activement votre manière de penser, puis d’agir. Si vous avez une idée erronée de vous-même et qu’elle vous met mal à l’aise, changez l’idée ! Cela passe souvent par la définition de petits objectifs à atteindre, étape par étape, en situation stressante. Mais sans jamais sauter directement dans le grand bain ! Par exemple, vous pouvez vous fixer comme objectif, au cours d’une conférence professionnelle, de vous joindre à au moins un groupe de personnes inconnues et de donner votre carte de visite à chacun. Ni moins, ni plus. L’idée est d’affronter le problème par petits bouts, et de respecter les petits engagements que vous prenez.

L’important est de s’exposer aux situations qui posent problème, pour s’apercevoir que, en fait, elles ne posent pas vraiment de problème.

 

La solution se trouve dans l’action

La plupart du temps, lorsque quelque chose vous fait peur, la solution se trouve dans l’action.

Il suffit d’affronter la situation pour la dédramatiser. Si vous faites une gaffe, vous voyez alors que les conséquences ne sont pas catastrophiques, et vous comprenez que tout le monde peut faire une gaffe. Et la fois suivante, vous n’avez plus peur car vous ne vous faites plus de fausses idées. Vous vous rendez compte que l’origine du problème n’est pas la situation que vous craigniez, mais la fausse représentation que vous vous en faisiez.

Astuces

Vous voulez aller plus loin ?
Vous voulez développer plus rapidement votre confiance en vous et votre charisme ?
Certains cours sont axés sur la destruction de vos inhibitions. Essayez le théâtre, par exemple, et vous apprendrez rapidement à interagir avec n’importe qui.
De même, les arts martiaux peuvent être un excellent moyen de devenir moins effrayé par la confrontation.