Constat tiré de mon expérience

Mon expérience de coach m’a apprise une chose, lorsque je débute un parcours avec un nouveau client, invariablement, il me dit toute la confiance qu’il met en moi. Bien entendu, c’est agréable à entendre et très valorisant. Mais je lui précise très rapidement que ce n’est pas en moi qu’il faut avoir confiance, mais en lui-même, car c’est en lui seul que réside la force qui lui permettra d’atteindre ses buts.
Mon rôle consiste simplement à lui apprendre à se servir de cette force.

 

Avant d’aller plus loin

Je tiens à souligner un point très important. J’enseigne et j’utilise de très nombreuses techniques. Régulièrement, je rencontre des apprenants qui m’affirment : « Oui, mais, ça, ça marche pas !!!! »
Ce n’est pas la bonne formulation, la bonne formulation serait « ça ne fonctionne pas… avec moi ! »

A partir de ce constat, on se mettra à chercher les raisons pour lesquelles ça ne fonctionne pas avec eux. La plupart du temps, la cause est à rechercher dans la perception de la technique, du style : c’est trop facile, ça peut pas être vrai. Une autre cause provient d’une mauvaise explication de la façon d’utiliser un outil. Ne perdez jamais de vue que tout ce que vous trouvez ici, ne sont que des outils. Ni plus, ni moins. Autrement dit, affirmer que la PNL (Programmation Neuro Linguistique) ne « marche » pas, revient à dire qu’un marteau ne sert à rien !!! Et maintenant, nous pouvons continuer.

 

Cultivez l’art d’être maître de vous

Les vacances approchent, pour certains d’entre vous, elles ont peut-être même commencées, je vais en profiter pour vous donner un ensemble de points à méditer. N’hésitez pas à me faire part de vos commentaires.

  • Évitez la colère, car la colère use votre réserve d’énergie; elle vous affaiblit. Elle n’accomplit jamais rien de bon; elle n’est bonne qu’à détruire et restera toujours un obstacle à votre succès. Nous verrons comment la dominer facilement lorsque nous aborderons l’Intelligence Émotionnelle.
  • Soyez calmes, doux, bienveillants, sûrs de vous et de plus, apprenez à vous suffire à vous-même. Votre inconscient dirige tout chez vous que ce soit le physique ou le moral. C’est lui qui préside au fonctionnement de tous vos organes, même la plus petite cellule de votre organisme est sous son contrôle par l’intermédiaire de votre système nerveux (entre autres).
  • Craindre la maladie, c’est l’amener à vous. Rappelez-vous ce que nous venons de voir sur les peurs et les phobies, pourquoi avoir peur de quelque chose qui ne s’est pas encore produit ?
  • La principale illusion consiste à croire qu’on n’a plus d’illusions. Je plains sincèrement celle ou celui qui n’a plus d’illusions ni de rêves, sa vie doit être bien triste.
  • Ne passez pas votre temps à chercher d’hypothétiques maladies que vous pourriez avoir. Ce serait le meilleur moyen, si vous n’en avez pas de réelles, de vous en créer d’artificielles.
  • Ayez la certitude d’obtenir ce que vous cherchez et vous l’obtiendrez, pourvu que cette chose soit raisonnable. Reportez-vous à tout ce que nous avons vu sur la détermination et l’atteinte d’objectifs
    Pour devenir maître de soi-même, il suffit de penser qu’on le devient… Eh oui ! Je sais que les sceptiques me diront que si c’était aussi simple que ça, tout le monde le ferait. J’ai déjà abordé le sujet à plusieurs reprises, je vais donc arrêter de me répéter.
  • Vos mains tremblent, vos pas sont incertains, dites-vous bien que tout cela est en train de disparaître, et peu à peu cela disparaîtra.
  • Ne discutez jamais des choses que vous ne connaissez pas : autrement vous ne direz que des sottises. Les choses qui vous semblent extraordinaires ont toutes une cause naturelle; si elles vous paraissent extraordinaires, c’est que cette cause vous échappe. Lorsqu’elle vous est connue, il n’y a plus rien pour vous que de naturel.
  • Quand il y a conflit entre la volonté et l’imagination, c’est toujours l’imagination qui l’emporte. Dans ce cas trop fréquent, hélas! Non seulement nous ne faisons pas ce que nous voulons, mais le contraire de ce que nous voulons. Exemple : plus nous voulons dormir, plus nous voulons trouver le nom d’une personne, plus nous voulons nous empêcher de rire, plus nous voulons éviter un obstacle en pensant que nous ne pouvons pas, plus nous sommes surexcités, plus le nom nous fuit, plus notre rire éclate, plus droit nous courons sur l’obstacle.
  • C’est donc l’imagination et non la volonté qui est la première faculté de l’homme; aussi est-ce commettre une grave erreur que de recommander aux gens de faire l’éducation de leur volonté, c’est l’éducation de leur imagination qu’ils doivent faire. Les choses ne sont pas pour nous ce qu’elles sont, mais ce qu’il nous semble qu’elles sont (revoyez l’exercice de la perception pour être convaincu); ainsi s’expliquent les témoignages contradictoires de personnes qui se croient de bonne foi.

Lorsque vous vous faites consciemment de l’autosuggestion, par exemple en continuant de réciter chaque jour « Tous les jours, à tous points de vue, je vais de mieux en mieux », faites-le naturellement, simplement, avec conviction et surtout sans aucun effort.

Si l’autosuggestion inconsciente (et souvent mauvaise) se réalise si facilement, c’est parce qu’elle est faite sans effort, par exemple en ressassant des idées noires.

Prenez le temps de méditer chacune de ces affirmations.