Utiliser la manière indirecte

Marge Jacob de Woonsocket, à Rhode Island, a raconté comment elle a réussi à convaincre d’ouvriers en bâtiment, d’habitude peu soigneux, de tout nettoyer derrière eux.

Ils agrandissaient sa maison et, les premiers jours, Mme Jacob remarqua que la cour était jonchée de copeaux de bois. Comme elle ne voulait pas éveiller leur hostilité, parce que, par ailleurs, ils faisaient un excellent travail, elle se contenta après leur départ de ramasser et d’entasser proprement avec ses enfants tous les débris de bois dans un coin. Le lendemain matin, elle appela le contremaître et lui dit :

  • J’ai été vraiment contente de constater la netteté de la pelouse hier soir, elle était propre et agréable à regarder.

A partir de ce jour-là, les ouvriers prirent soin d’entasser les débris dans un coin, et le contre maître lui demanda après chaque journée de travail si elle était satisfaite de l’état de la pelouse.

 

 

Faire adhérer de façon détournée

L’un des principaux sujets de controverse entre réservistes et officiers de métier est la coupe des cheveux. Les réservistes se considèrent comme civils (qu’ils sont la plupart du temps) et n’apprécient pas la coupe réglementaire.

Le sergent-chef Harley Kaiser, du 542e de l’école U.S.A.R., s’attaqua à ce problème alors qu’il entraînait un groupe d’officiers de réserve. En tant qu’ancien sergent-chef de l’armée de métier, on se serait attendu à ce qu’il hurle et menace ses troupes. Mais il préféra utiliser la manière indirecte :

  • Messieurs, commença-t-il, vous êtes des chefs. Vous serez efficaces lorsque vous commanderez par l’exemple. Vous vous devez d’être un modèle pour ceux que vous allez commander. Vous connaissez le règlement de l’armée concernant la coupe des cheveux. Pour ma part, je vais me faire couper les cheveux aujourd’hui, bien qu’ils soient plus courts que les vôtres. Regardez-vous dans la glace et, si vous estimez avoir besoin d’une coupe pour être un bon exemple, nous nous arrangerons pour que vous puissiez aller chez le coiffeur.

Comme prévu, plusieurs candidats se rendirent chez le coiffeur l’après-midi pour se faire faire une coupe réglementaire. Le Lendemain matin, le sergent Kaiser déclara qu’il remarquait déjà des qualités de chef chez certains membres de la section.

 

 

Savoir faire preuve de diplomatie

Un pasteur célèbre aux Etats-Unis, Lyman Abbott, fut, au début de sa carrière, invité à faire un discours sur son éloquent prédécesseur qui venait de mourir. Désirant se surpasser, il écrivit, ratura, refit, polit son oraison funèbre avec les soins méticuleux d’un Flaubert. Puis il la lut à sa femme. Elle était médiocre, comme la plupart des discours écrits. Mme Abbott aurait pu dire, si elle avait eu moins de jugement :

  • Écoute, Lyman, ce n’est pas fameux… Tu ne peux pas conserver ce texte… Les gens vont dormir. On dirait l’article d’une encyclopédie. Vraiment, depuis le temps que tu prêches, tu devrais bien savoir que ce n’est pas ainsi qu’on fait un discours… Pour l’amour du ciel ! Parle comme un être humain ! Sois Naturel ! Tu te ridiculises si tu lis une chose pareille, etc.

Voilà ce qu’elle aurait pu dire. Si elle l’avait fait, vous devinez ce qui serait arrivé. Elle aussi le savait. C’est pourquoi elle se contenta d’observer que ce discours représentait un excellent article pour la revue nord-américaine. En d’autres termes, elle fit son éloge tout en insinuant subtilement qu’il ne pourrait convenir en tant que sermon. Lyman Abbott compris le message. Il déchira son manuscrit soigneusement élaboré, et fit son discours sans même utiliser de notes.

Pour modifier la conduite d’une personne sans l’offenser ni s’irriter… n’hésitez à utiliser le :

 

PRINCIPE 23 : Faites remarquer les erreurs ou les défauts de manière indirecte