Caractéristiques générales des positions de vie

Moi OK + / Mon interlocuteur OK +

  • Croyance : accepter les différences en faire une source d’enrichissement mutuel.
  • Comportement : se valoriser et valoriser les autres. Négocier, coopérer, accepter de travailler de façon constructive quel que soit le niveau d’affinité avec chacun.
  • Attitude devant les problèmes : « cherchons ensemble une solution. Intégrer les limites de chacun de façon réaliste. »
  • Sentiments authentiques : colère, peur, tristesse, joie.
  • Comportement représentatif : trouver des solutions gagnant-gagnant. Surmonter un obstacle, une difficulté, une épreuve. Les transformer en opportunité, en faire une chance de réussite.

On se trouve alors dans une position dite de coopération. Dans cette position nous allons pouvoir échanger, communiquer de façon constructive. Cela même si nous sommes en désaccord sur certains points, car à la base, il y une attitude de respect et de reconnaissance qui favorise l’établissement d’un climat et d’une relation de confiance.

Moi OK + / Mon interlocuteur OK –

  • Croyance : Je suis mieux que les autres. Ils ne sont pas à la hauteur .
  • Comportement : se survaloriser, dévaloriser les autres. Faire du forcing pour obtenir ce que l’on veut.
  • Attitude devant les problèmes : rechercher un coupable : « c’est de ta faute, va-t’en ». Refuser et se bloquer sur les limites des autres : les vouloir à notre image.
  • Sentiment disproportionné : colère, mépris, pitié, condescendance.
  • Comportement extrémiste : meurtre.

Ce positionnement qui vise à soumettre les autres ne permet pas d’établir une communication constructive, positive. Cette position peut donner l’illusion de gagner lorsque les autres, par exemple nos collaborateurs obéissent, acceptent, se soumettent mais elle ne permet pas d’obtenir de l’adhésion. En fait, elle génère chez les autres : frustration, déception, rancœur, voire désir de vengeance. En outre, elle nous prive de ce que les autres peuvent apporter en termes d’idées, de solutions…. Elle fait l’impasse sur l’intelligence collective.

 

Moi OK – / Mon interlocuteur OK +

  • Croyance :  je ne suis pas à la hauteur.
  • Comportement : se dévaloriser et se survaloriser les autres. Guetter leur signe d’approbation, chercher à se conformer à leurs attentes.
  • Attitude devant les problèmes : recherche le coupable en soit : « c’est de ma faute. » Se répandre en excuse auprès de son entourage. « Je ne suis pas à la hauteur, je m’en vais. »
  • Sentiments disproportionnés : honte, peur, bouderie.
  • Comportement exacerbé : se miner la santé, se rendre malade.

Ce positionnement entraîne des comportements de retrait, de passivité, de dépendances avec la production d’une image de soi négative et la production d’émotions et de sentiments comme la frustration, la déception, la peur. Il ne permet l’établissement d’une communication constructive, positive. Nous laissons la main aux autres, nous nous mettons en dépendance des autres. On comprend aisément que ce positionnement ne permet pas de manager et encore moins d’exercer un leadership.

 

Moi OK – / Mon interlocuteur OK –

  • Croyance : la vie ne vaut pas la peine d’être vécue.
  • Comportement : se dévaloriser et dévaloriser les autres. Discours désabusé : « être ici ou ailleurs, faire ça ou autre chose ». Refuser les aspects difficiles de la vie et de la réalité.
  • Attitude devant les problèmes : rechercher des coupables : « c’est de notre faute, nous ne pouvons rien faire. »
  • Sentiments disproportionnés : tristesse, dépression, désespoir, rage, apathie.
  • Comportement exacerbé : suicide.

Ce positionnement qui fort heureusement touche rarement de façon définitive la totalité de la personne amène à ne pas agir, voire à ne pas communiquer (à quoi ça sert) ou à communiquer pour faire un constat d’impuissance, de fatalisme négatif. Positionnement évidemment inadapté au management, au leadership ou tout simplement à une réelle coopération.

 

Trois solutions pour développer la position OK+ / OK+

Premier cas OK+ / OK-

Comment rester en + – pour échouer 

  • Tout miser sur : un client, un collaborateur, un collègue.
  • En cas d’échec, chercher le coupable.
  • Être sous l’emprise d’enjeux forts et faire du forcing pour y arriver.
  • Se braquer sur la petite erreur, le défaut des autres jusqu’à les bloquer.
  • Ne voir et ne dire que ce qui ne va pas.

 

Comment passer en + + pour réussir 

  • Avoir plusieurs cordes à son arc.
  • Prévoir des solutions de rechange.
  • Etre conscient de ses enjeux.
  • Clarifier les critères de réussite attendus par chacun.
  • Écouter, identifier et prendre en compte les limites des autres en temps, compétences, motivation, point de vue, valeur, etc..
  • Équilibrer et développer une vision objective de chacun, avec des signes de reconnaissance conditionnels négatifs et positifs.

 

Deuxième cas OK- / OK+

Comment rester en -+ pour échouer 

  • Dissimuler ses domaines d’incompétence, d’ignorance : se convaincre qu’il faut tout savoir.
  • Croire que « je suis seul, responsable de tout », du bonheur des autres, de la réussite de l’entreprise et de la réalisation des objectifs.
  • Se harceler soi-même en interne, en se répétant tous ses défauts, tous ses échecs.

 

Comment passer en ++ pour réussir 

  • Accepter ses limites, poser des questions, faire préciser ou se faire expliquer ce qui n’est pas clair.
  • Définir ce qui est de ma responsabilité et ce qui n’est pas de ma responsabilité.
  • S’encourager, prendre conscience de ses réussites.
  • Entendre et intégrer les retours positifs des autres.
  • Développer la confiance en soi pour instaurer la confiance avec les autres.

 

Troisième cas OK- / OK-

Comment rester en — pour échouer 

  • Refuser la réalité avec ses côtés plus difficiles.
  • Nourrir et garder en soi des émotions négatives et s’enfermer dans des représentations sombres.
  • Se noyer dans des représentations trop ambitieuses de tout ce qu’il faudrait faire.
  • Se contraindre, par des règles arbitraires, à faire les choses d’une certaine manière ou dans un ordre précis qui bloque sa motivation et son énergie.

 

Comment passer en ++ pour réussir 

  • Identifier, exprimer, partager l’émotion authentique.
  • Accepter que rencontrer des difficultés est naturel ainsi que d’alterner des phases de satisfaction et de doute.
  • Se donner des petits objectifs réalistes modestes et avancer à petits pas.
  • Utiliser sa créativité pour se faire plaisir et retrouver sa motivation.