L’habit ne fait pas le moine

Je sais bien que « l’habit ne fait pas le moine » mais ça n’empêche pas que les gens ont toujours tendance à vous juger instinctivement sur votre aspect, votre habillement, vos manières… C’est d’autant plus important si, comme moi, vous travaillez souvent au Maghreb ou en Afrique.
Être sympathique et attrayant est un processus difficile et multiple. Ces termes sont subjectifs et les choses seront évidemment différentes pour chacun d’entre vous. Sans compter ce que nous venons dans les articles précédents, rappelez-vous : Ne traitez pas les gens comme vous aimeriez être traité mais traitez-les comme ils ont besoin d’être traités. Ne croyez pas que je radote, je me contente d’attirer votre attention sur un point crucial. Mon métier de formateur m’a appris une chose importante, tant que je n’ai pas répété au moins trois fois la même chose, il y a de très fortes chances que mes apprenants ne s’en souviennent pas. En conséquence de quoi, attendez-vous à ce que je revienne assez souvent sur le sujet.

 

Faire bonne impression

Commençons donc par quelque chose d’un peu plus quantifiable et reproductible : « faire bonne impression ». Comment s’assurer que lorsque quelqu’un passe du temps avec vous, il en ressorte en pensant que vous êtes une personne remarquable et compétente ? Ou, parce que c’est ce qui nous intéresse, la personne dont il a besoin… car ne rêvez pas, la vie est ainsi faite que pour que quelqu’un s’intéresse vraiment à vous, il faut que vous soyez en mesure de lui apporter quelque chose qui lui manque et dont il a envie.
C’est un objectif important que vous devez poursuivre, car si vous êtes considéré comme impressionnant, cela signifie que les gens sont plus enclins à écouter votre point de vue, à vouloir travailler avec vous et à vous prendre au sérieux. Nous étudierons plus en détail ces phénomènes de perception de son interlocuteur lorsque nous nous pencherons sur l’Analyse Transactionnelle.

 

La règle de base, laisser une bonne impression

Avant d’aller plus loin, commençons par « une règle fondamentale » pour impressionner les personnes que vous rencontrez. Il ne faut pas essayer d’impressionner ces personnes, ou tout du moins il ne faut pas qu’elles ressentent que vous essayez. Autrement dit, ne soyez pas lourd !
Voici comment ça se passe : quand vous essayez d’impressionner quelqu’un, ça envoie le message que vous voulez son approbation, donc que vous demandez quelque chose, que vous attendez un retour, comme dans une transaction. Ça envoie le signal que vous percevez leur niveau comme étant plus élevé que le vôtre dans la « chaîne alimentaire ». Si vous essayez de les impressionner, alors c’est que vous pensez qu’ils sont plus importants ou plus impressionnants que vous. Vous vous mettez donc volontairement en situation de faiblesse. Et si vous pensez ça (ou si vous donnez l’impression de le faire), alors ils le penseront aussi et le moins que l’on puisse dire, c’est que ce n’est pas bon pour vos affaires !

 

La perception

L’autre problème avec le fait d’essayer d’impressionner activement une personne est que cela crée un préalable à ce que vous allez dire et faire ensuite. En d’autres termes, votre interlocuteur percevra que tout ce que vous allez dire par la suite risque de sembler avoir été conçu dans le but d’obtenir une faveur.
Au pire, essayer ouvertement d’impressionner les gens laisse transparaitre un sentiment de mauvaise estime de soi. Vous laissez croire que vous n’avez pas confiance en vous, que vous ne méritez pas de côtoyer les gens que vous voulez convaincre. Bref vous vous mettez d’emblée en condition d’infériorité.

Donc la règle fondamentale si vous voulez imposer le respect, c’est de maintenir un certain niveau d’indifférence et d’être tout à fait naturel. Pas question que vos interlocuteurs pensent que vous jouez un rôle, pas question de manigancer.
Vous ne cherchez pas à vous vanter, vous n’étalez pas d’emblée vos exploits. Evidemment, lorsque la conversation évolue et que votre interlocuteur veut apprendre à mieux vous connaitre, renseignez-le mais sans trop en faire. Faites l’effort de ne pas faire d’effort et misez sur le naturel de la conversation, respectueux, sans peur, sans complexe, d’égal à égal : la personne que vous ciblez est un être humain comme vous.

Rappelez-vous : Ne traitez pas les gens comme vous aimeriez être traité mais traitez-les comme ils ont besoin d’être traités. Et ça y est, je vous l’ai dit trois fois… alors, qu’est-ce que vous en dites, c’est en train de faire son chemin dans votre processus mental ?