Sachez communiquer

Quoi de plus gênant que de rencontrer quelqu’un et de se retrouver dans l’impossibilité de dire quoi que ce soit ? Le grand blanc de la conversation qui ne veut pas prendre ?

Beaucoup de gens entreprennent des conversations de la mauvaise manière en choisissant de mauvaises questions. Par exemple ; que faites-vous dans la vie, ou quel est votre style de musique, ou bien où habitez-vous ? D’autres personnes s’empêtrent même avec leurs propres amis avec la fameuse question « Quoi de neuf ? ». Pour beaucoup d’entre nous, souvent, la réponse est « Pas grand-chose ! ».
Très peu de ces questions mèneront à une conversation naturelle et fluide. Nous ressentons évidemment le besoin d’apprendre des choses sur la personne avec qui l’on parle, mais pour être honnête, ce sont des choses que vous pouvez tout aussi bien obtenir à partir de votre réseau social préféré.

 

Comment bien commencer

Alors, quelle est la bonne façon de commencer la conversation ?
Eh bien que pensez-vous de ce classique tout simple : »Comment s’est passée (se passe) votre journée ? »
Cela rend la conversation instantanément pertinente, actuelle et décontractée. De plus, cela mène souvent à d’autres petits détails qui peuvent ensuite être développés. Si la journée a été mauvaise, pourquoi ? Un problème au travail ? Depuis combien de temps cela dure-t-il ?

Un autre conseil pour entretenir la conversation est de toujours écouter ce que la personne a à dire pour rebondir et trouver les possibilités d’élargir la conversation et de la poursuivre. Rappelez-vous ce que nous avons évoqué dans le chapitre sur l’écoute active.

 

Les petites conversations

Ne vous focalisez pas seulement sur les conversations avec les gens que vous tentez d’apprivoiser pour des raisons professionnelles. Reconnaissez l’importance de parler avec toute autre personne dans la vie de tous les jours. Par exemple, quand vous êtes accueilli par un chauffeur de taxi ou par un serveur au restaurant, comment réagissez-vous ? Cette question me fait invariablement penser à ma petite-fille qui s’évertue, encore maintenant, à me demander « Mais tu connais tout le monde ? », étonnée qu’elle est de voir que lorsque vous parlez naturellement aux personnes que vous croisez… elles vous répondent.

La plupart d’entre nous n’ont pas le temps de se plonger dans une conversation philosophique. Mais ce qui peut être sympa, c’est de demander comment ils vont ou comment se passe leur journée. On ne sait jamais qui on peut rencontrer.

Et si vous travaillez dans les services ou le commerce, si vous avez un rôle de contact avec une clientèle, assurez-vous de saisir toutes les occasions de faire la conversation, de souhaiter une bonne journée et de sourire.

Avez-vous déjà été servi dans un magasin par quelqu’un qui vous adresse à peine un regard ? C’est un sentiment horrible qui vous donne l’impression de n’être qu’un produit de consommation pour l’entreprise. Ce n’est pas comme cela que vous aurez de l’estime pour la personne qui vous accueille. Maintenant, cette personne elle-même déteste probablement son travail, sinon comment justifier son comportement ? Mais ce qu’elle ne réalise pas, c’est qu’elle met à la poubelle toute possibilité de progrès, d’avancement, d’épanouissement personnel.

Même si vous détestez votre travail et que vous êtes dans une situation sans issue, vous devriez tout mettre en œuvre pour le faire au mieux de vos capacités, et cela comprend en particulier traiter les autres de la bonne façon, vous vous rappelez ce qu’on a vu dans le premier chapitre.

 

Rappelez-vous

Surtout n’oubliez pas tout ce que nous avons étudié jusqu’à ce jour. En particulier tout ce qui concerne la méthode DISC et sa facilité de mise en œuvre.