Le moi Enfant, le domaine du ressenti

Il contient tous les messages ressentis de la vie, il est logiquement le premier état du moi à apparaître au cours de votre vie.
Il recouvre le domaine du ressenti, de l’émotion, du sentiment, des besoins et des aspirations. Il est également le monde du plaisir, du déplaisir et de l’expression spontanée. C’est dans cet état du moi que résident la joie, la tristesse, le chagrin ou le rire. C’est en lui que l’on trouve également les attitudes de soumission ou de révolte, les aptitudes à la création spontanée ou l’envie de tout casser.

Vous devez noter que cet état du moi n’est pas une question d’âge réel mais d’événements que vous traversez. Bien sûr, il est vrai que cet état se présente plus souvent chez les enfants mais il est reste fréquent plus tard. Du fait qu’il apparaît au moment de votre naissance, c’est en lui que se trouve le siège de vos sentiments, de vos émotions, de vos besoins et de vos pulsions. C’est en lui que se situe les besoins primaires tels que la faim ou la soif, la faim, tout comme le besoin de remuer, de se sentir aimer et d’être aimé. C’est lui qui va avoir peur, qui aura envie de se mettre en colère, c’est lui également qui sera joyeux ou triste suivant les circonstances. C’est à travers lui que va avoir lieu l’enregistrement des événements qui se passent à l’intérieur de vous et c’est encore lui qui justifiera les réponses du petit enfant à ce qu’il perçoit.

 

Impulsions et sentiments

Le moi Enfant contient tous les désirs et tous les sentiments qui animent naturellement un individu et qui deviennent disponibles (ces impulsions et ces sentiments) à différents stades de la vie. C’est pour ça qu’un nouveau-né éprouve des sentiments innés et des besoins qui vont varier tout au long de son développement, au moins jusqu’à son adolescence, au fur et à mesure que son système nerveux et hormonal se développe.

L’état Enfant se décompose en deux sous-ensembles :

  • L’Enfant adapté qui pourra à son tour se différencier en deux autre sous-états : soit en devenant un Enfant soumis, soit en devenant un Enfant rebelle. Tout va dépendre de sa réponse aux situations auxquelles il sera confronté, il pourra soit accepter soit se rebeller.
  • L’Enfant spontané que vous pourrez également trouver sous les noms d’Enfant libre ou d’Enfant naturel, suivant les chercheurs.

 

L’Enfant adapté

Il est la « mémoire interne » de vos décisions, de vos habitudes et de vos comportements qui eux-mêmes sont le résultat de vos différentes expériences, de votre éducation et des enseignements que vous ont transmis vos parents ou les figures parentales qui vous entouraient. Selon les événements, les pressions du milieu dans le quel vous vivez, les attitudes de vos parents, cet Enfant adapté pourra s’exprimer de deux façons, soit en :

  • Enfant soumis qui va admettre et consentir aux injonctions, qui va s’incliner devant l’autorité pour s’adapter tout simplement.
  • Enfant rebelle qui ne va rien accepter sans discuter, sans s’opposer et critiquer. Sa vie est faite de contestations et il ne baissera les bras qu’après avoir trépigné et s’être mis en colère, le tout accompagné de cris et de caprices.

 

L’Enfant spontané

C’est le moi Enfant qui aime jouer et qui est un amateur du conditionnel : « je serais le gendarme et toi tu serais le voleur ». L’Enfant spontané est libre de toutes contraintes, il ne s’autocensure pas, ce qui fait qu’il est joyeux ou triste, il va rire ou pleure sans entraves. Très franc, il va dire les vérités, toutes les vérités même celles qui ne sont pas bonnes à dire. Il n’a pas de contraintes, pas plus que de tabous ou de préjugés. Il possède une grande capacité d’émerveillement et n’hésitera pas à se se retourner dans la rue pour détailler quelque chose qui le choque.

Attention, ce côté naturel débridé présente également des risques, il peut, en effet, se faire du mal à lui-même ou aux autres sans le vouloir. Lorsqu’il s’exprime sans contraintes, rien ne l’arrête et il peut s’amuser à n’importe quel jeu dangereux, du style « le dernier arrivé est un… » sur une petite route de montagne.
S’il perd le contrôle de lui-même en se laissant aller à des excès incontrôlés, on parle à ce moment-là du moi Enfant fou. Vous comprenez bien que l’Enfant fou ne sait pas se contrôler. C’est lui qui peut agresser ses partenaires jusqu’à s’adonner à des pulsions incontrôlées qui peuvent se transformer en meurtres passionnels.

 

 

Partage d’émotions et de sentiments

Le moi Enfant est communicatif et expressif, il aime faire partager ses ressentis que ce soit la bonne humeur ou la mélancolie. Comme pour les autres états du Moi, je vous donne quelques exemples de phrases types :

  • L’enfant à son père : « Viens jouer à la bataille navale avec moi Papa. »
  • L’enfant à sa mère : « Non, je ne finirai pas mes pommes de terre. »
  • L’épouse à l’époux : « Et si on allait au cinéma ce soir ? »
  • L’amant à la maîtresse : « Prenons la voiture et partons droit devant nous. »
  • L’agent de maîtrise au cadre ingénieur : « Décompressez un peu et venez boire un café avec moi. »
  • Le voisin à la voisine : « Vous allez user ces rosiers à force de les tailler. »

À travers ces quelques exemples, il est facile de comprendre que l’expression du moi Enfant est le plus souvent impulsive, elle suit l’inclination et la tentation du moment présent, sans préjugé ni censure. On considérera que si censure il y a, c’est qu’elle provient du moi Adulte : « Ce n’est pas le moment» ou du moi Parent : « Ça ne se fait pas. »